Définition de Jurgen Ernst Müller

Jurgen Ernst Müller est professeur à l'Université d'Amsterdam (Pays-Bas). Il fut un des premiers à introduire le concept d'intermédialité à la fin des années 1980. Membre du CRI depuis sa création, il a eu la tâche délicate d'ouvrir les débats de la première séance du colloque.

Extrait de la conférence :

« Dans son livre La révolution du langage poétique Kristeva définit en 1967 l'intertextualité comme "le passage d'un système de signes à un autre". Si cette définition nous semble toujours convaincante, pourquoi avons-nous besoin d'un deuxième concept de l'intermédialité ?

Cette page rassemble quelques définitions de l'intermédialité que l'on a pu entendre lors du colloque.

 
 
 

C'est évident qu'il y a beaucoup de rapports entre l'intertextualité et l'intermédialité, mais après son introduction, le premier fut utilisé par beaucoup de chercheurs -en principe aussi par Kristeva- d'une manière très restrictive pour la description des processus de production de sens purement textuels. Étant donné ce fait, la notion de l'intermédialité devient d'une certaine façon nécessaire et complémentaire dans le sens où elle vise la fonction des interactions médiatiques pour la production du sens. »

Autres références :

On retrouvera dans « Top Hat et l'intermédialité de la comédie musicale » de Jurgen Ernst Müller (Cinémas, vol. 5, no 1-2, automne 1994, p. 211-220) une autre référence à l'intermédialité :

« Si nous entendons par "intermédialité" qu'il y a des relations médiatiques variables entre les médias et que leur fonction naît entre autres de l'évolution historique de ces relations, cela implique que la conception de "monades" ou de sortes de médias "isolés" est irrecevable (...). »

 

Définition de Philippe Marion et André Gaudreault

tirée de leur communication « Un média naît toujours deux fois... » :

« [...] pour rendre légitime la conscience historique de sa naissance, [un art] doit avoir révélé le profil de son opacité. Selon nous, les médias empruntent un parcours similaire. Lorsqu'un média apparaît, il existe déjà un intelligible médiatique préalable et il doit aussi se démêler avec un "code" tout établi. [...] un nouveau média trouve progressivement sa personnalité en gérant de manière plus ou moins singulière l'irrépressible part d'intermédialité qui toujours le traverse. »

 

Définition de Germain Lacasse

tirée de sa communication « Intermédialité, deixis et politique »

« On pourrait appeler "sphère intermédiatique" l'espace symbolique constitué par les médias dans leur rapport avec les communautés. »

 

Définition de Michel Fournier

tirée de sa communication « D'un tribunal intermédiatique, ou sida, témoignage et intermédialité »

« J'appellerai donc intermédiatique ces références qui font appel soit à un autre média, soit à des produits d'autres médias, en tant que leur provenance devient significative. »

 

Définition de Silvestra Mariniello

tirée de sa communication « Médiation et intermédialité »

« On entend l'intermédialité comme hétérogénéité; comme conjonction de plusieurs systèmes de communication et de représentation; comme recyclage dans une pratique médiatique, le cinéma par exemple, d'autres pratiques médiatiques, la bande dessinée, l'Opéra comique etc.; comme convergence de plusieurs médias; comme interaction entre médias; comme emprunt; comme interaction de différents supports; comme intégration d'une pratique avec d'autres; comme adaptation; comme assimilation progressive de procédés variés; comme flux d'expériences sensorielles et esthétiques plutôt qu'interaction entre textes clos; comme faisceau de liens entre médias; comme l'événement des relations médiatiques variables entre les médias [...] »